Un milliard trois cent millions de tonnes par an… telle est la quantité de bouse produite par toutes les vaches de la terre.

Ce gros tas de merde, pardon pour la vulgarité mais c'est le cas, est donc formé par ce ruminant qui, non content de nous réchauffer l'atmosphère par ses nombreux pets, nous pollue avec ses ÉNORMES déjections(1).

Alors, on a bien essayé de s'en servir :

  • Méthanisation
  • Combustible
  • Fertilisant
  • Isolant
  • Matériaux de construction

Il y a même un championnat du monde de France de lancer de bouse de vache(2). Mais ce sport est condamné dans l'ombre, uniquement enseigné à un faible nombre d'initiés(3), mort né à cause de son trop faible potentiel télégénique.

Non, il a fallu attendre jusqu'à 2006 pour avoir enfin quelque chose de badass dans l'utilisation de la bouse : en tirer un parfum de vanille.

Et cette idée ne peut forcemént venir que d'un seul endroit dans le monde, là où les volcans côtoient les centrales nucléaires, j'ai nommé :

LE JAPON(4)

Drapeau du Japon

Nous devons cette découverte à une chercheuse, Mayu Yamamoto. Voici une reconstitution fiable(5) de ce qui c'est passé dans la tête de cette chercheuse au moment où elle fut touchée par la grâce de Dieu :

Moment de folie dans la tête

La dite scientifique à donc eu cette idée, génialissime, de fabriquer de l'arôme de vanille à partir de bouse. Et par arôme, je parle de Vanilline, la principale molécule à l'origine de l'odeur de vanille. Mais revenons à nos vaches.

Certains penseraient que la vanilline existe à l'état naturel dans la bouse et que sa fabrication se ferait en une simple, bête et méchante étape d'extraction ? Que nenni ! Il n'y a pas une once d'odeur de vanille dans une bouse à l'état naturel(6), quand bien même vous feriez brouter des gousses de vanilles à cette très chère Marguerite. Non, ce qui est intéressant dans la bouse, c'est sa teneur en lignine très élevée.

Alors qu'est ce que la lignine ? C'est une brique de base des végétaux, au même titre que la cellulose. Avec la différence notable par rapport à cette dernière qu'elle est totalement in-absorbable par mon ennemi mortel : la vache, et ce malgré son système digestif extrêmement performant quand il s'agit de bouffer de la verdure.


  1. (1) Mais qui n'a jamais été opportuné lors d'une balade champêtre soit par leur odeur, soit par le contact involontaire et nauséabond d'une paire de chaussures avec un de ces étrons digne d'un dinosaure ? Que celui à qui ce n'est jamais arrivé me lance la première bous… -SPLASH-… Enflure de citadins !
  2. (2) Véridique, voir cet article si vous vous sentez l'âme d'un lanceur de crottes.
  3. (3) C'est dommage, je voyais bien une catégorie « poussin » avec des déjections de moutons à envoyer le plus loin possible à la sarbacane.
  4. (4) J'ai l'impression d'avoir posé un point rouge en guise de drapeau du Japon.
  5. (5) Tout est relatif !
  6. (6) Je sais, je l'ai senti.