Peut-on mourir de froid ? Indéniablement oui. Pas en se mettant dans un réfrigérateur, mais simplement en faisant quelques expériences amusantes(1). Mettons par exemple notre ami Bob dans de l'eau à 18°C(2) jusqu'au cou et observons ce qu'il se passe.

L'eau a une conductivité thermique assez élevée (24 fois plus que celle de l'air), et est un liquide. Par conséquent, les molécules d'eau entourant intégralement tout corps qui y est plongé, les échanges thermiques se font alors très facilement, et la température extérieure (et intérieure) du corps baisse assez vite, ce qui est parfait pour les besoins de cet article.

Notez que tout ce qu'il va arriver à Bob aurait aussi été observable si on l'avait laissé tout nu dehors alors qu'il faisait -10°C(3).

Dès que Bob est plongé dans l'eau, son corps va adopter quelques mécanismes de défense : immédiatement, son sang circule plus dans les organes vitaux, au détriment des membres, c'est pourquoi on a d'abord froid aux bras et aux jambes avant d'avoir froid au reste du corps. Le cerveau déclenche aussi la sécrétion de noradrénaline, qui va stimuler l'activité des cellules, afin qu'elles produisent plus de chaleur. Enfin, les muscles chargés de faire se dresser les poils – appelés muscles arecteurs – vont se contracter, tous les poils vont être bien à la verticale et vont former une couche d'air isolante autour de la peau, tout en tirant le bulbe auquel ils sont accrochés, ce qui provoque notre amie de toujours, j'ai nommé la chair de poule !

La température interne de Bob atteint ensuite 35°C, et celui-ci tremble, en effet ses muscles ont commencé à se contracter de plus en plus violemment, afin de produire de la chaleur, malheureusement cette chaleur est immédiatement captée par l'eau environnante, et Bob gaspille ses dernières réserves d'énergie pour réchauffer la mer. C'est ballot. Son corps se refroidit donc de plus en plus…

À partir de 32°C, le corps a normalement épuisé toutes ses solutions anti-froid, et toutes les cellules fonctionnent au ralenti, à commencer par celles du cerveau : Bob commence à délirer, il n'arrive plus à penser, jusqu'à prendre des décisions totalement irrationnelles, qui peuvent le mettre en danger.

Enfin, à partir de 30°C, c'est le coma ; la température du corps descend progressivement jusqu'à 20°C et là, c'est l'arrêt cardiaque assuré ; heureusement, Bob a été réchauffé correctement avant ce stade – enfin, presque avant – et a ainsi pu être sauvé.

Merci qui pour cet article ? Merci Bob !


  1. (1) Tout est relatif.
  2. (2) Température moyenne de l'Océan Atlantique et de la Mer Méditerranée près des côtes.
  3. (3) Mais, encore une fois, pour les besoins de cet article, nous avons choisi une méthode plus rapide.