Qui n'a pas déjà entendu parler du “mythe” de la grande muraille ? Vous savez, cette histoire qui dit que « la grande muraille est la seule production humaine visible depuis l'espace ». Eh bien, c'est faux !

Il s'agit en fait d'une rumeur urbaine, aussi célèbre que celle du suicide en masse des lemmings ou du crocodile dans les égouts.

L'œil humain distingue bien sûr mieux les objets longs que les courts : la grande muraille de Chine serait donc une bonne candidate pour être visible depuis la Lune. Mais un individu doté d'une vision parfaite peut distinguer à l'œil nu un détail d'une minute d'arc(1) : la grande muraille faisant six mètres de largeur n'est donc pas visible au-delà de vingt kilomètres d'altitude(2). Si l'on prend en compte son ombre, on atteindra peut-être soixante kilomètres, ce qui reste beaucoup trop bas pour un satellite.

Neil Armstrong, de la mission Apollo 11 qui s'est posée sur la Lune, a pu le vérifier ; Jim Lowell d'Apollo 8 et 13 l'a confirmé.
Des photos prises par des sondes spatiales montrent que la direction de la muraille est parfois repérée par des vents de sable qu'elle dévie, mais qu'elle est elle-même invisible.

Fin d'une légende.

D'autres productions humaines en revanche sont visibles depuis l'espace. Les villes très éclairées sont facilement visibles la nuit et les polders hollandais semblent être les plus grandes structures à ce jour.


  1. (1) Une minute d'arc : un soixantième d'un degré, soit \frac{1}{360 \times 60} = 0.04% d'un cercle.
  2. (2) Pour un objet situé à la distance d, les plus petits détails discernables sont de la taille 2\pi\frac{d}{360\times60}. Pour des détails de 6 mètres, on trouve d=20\,626m \simeq 20km.