Un hélicoptère vole en remplaçant les ailes fixes d'un aéroplane « normal » par une voilure tournante : les pales.
Lors de leur rotation, ces pales génèrent une portance de la même façon que le fait une voilure fixe. Mais contrairement aux avions, c'est uniquement cette portance(1) qui va faire déplacer l'appareil dans toutes les directions(2).

Pour pouvoir faire cela, le pilote va principalement influer sur deux paramètres :

  • La vitesse de rotation des pales :
    Plus cette vitesse est grande, plus la portance est importante et plus l'hélicoptère monte en altitude. En vol stationnaire, la portance s'oppose exactement au poids de l'appareil : l'hélicoptère reste donc immobile.
    Le tableau ci-dessous liste les différentes possibilités : en rouge la portance (la force exercée par les pales), en bleu le poids, et en vert la résultante qui correspond à la somme des deux forces et indique le déplacement de l'hélicoptère.

    Portance > poids : ça monte Portance = poids : ça bouge pas Portance < poids : ça descend
    Portance > Poids Portance = Poids Portance < Poids
    L'hélicoptère monte L'hélicoptère est stationnaire L'hélicoptère « tombe »
  • L'inclinaison des pales : selon l'angle d'inclinaison des pales, on peut augmenter la portance à l'avant de l'appareil et la diminuer à l'arrière – ou sur n'importe quel côté. Pour équilibrer cette portance, l'hélicoptère va donc se cabrer. La portance a désormais une résultante horizontale qui va faire se déplacer l'appareil.

    Phase 1 Phase 2 Phase 3
    Phase 1 Phase 2 Phase 3

vecteurs de vol

Dernière précision pour aujourd'hui : si par malheur le rotor de votre hélicoptère venait à tomber en panne en plein vol, pas de panique ! L'hélicoptère, en tombant, va créer un vent relatif dans ses pales. Celles-ci vont donc se mettre à tourner et à créer une portance. On dit que l'hélicoptère est en auto-rotation. Certes, la vitesse de chute reste élevée mais un bon pilote saura manœuvrer correctement son appareil pour pouvoir atterrir sans dégâts.

Reste maintenant une question à éclaircir : à quoi sert le rotor de queue ?
Réponse dans un prochain omnilogisme !


  1. (1) Et non l'addition de cette portance avec une force de traînée ou de poussée (hélices d'avions, réacteurs, etc.).
  2. (2) Toutes ? En vérité, pas tout le temps. Sur la majorité des hélicoptères, la rotation autour de l'axe vertical est obtenue différemment. Mais ceci sera l'objet d'un autre omnilogisme.