Avant de lire cet article, assurez-vous d'avoir lu l'épisode précédent !

L'armée romaine était l'arme qui a permis à Rome de devenir un Empire. Mais l'armée romaine n'en a pas toujours été une. Elle a en effet évolué avec l'agrandissement du territoire sous domination romaine, la rencontre des autres peuples, etc. Elle s'est donc adaptée en fonction des conditions présentes, devenant au fil du temps plus expérimentée, entraînée et au Ie siècle av. J.-C. elle devint une armée permanente. Comment a-t-elle dominé l'Europe ?

Tout d'abord, la force de l'infanterie romaine résidait dans cette capacité à s'adapter, comprendre le comportement ennemi et modifier son plan de bataille afin de reprendre l'avantage. Rome disposait de généraux très compétents qui ont appris des défaites rencontrées lors des batailles précédentes.

Au cours de son histoire, les armées de Rome ont connu différentes organisations au combat. Passant des formations hoplitiques héritées des Étrusques et inspirées des Grecs à des formations manipulaires(1), plus flexibles et inspirées des unités militaires samnites.

  • La réforme de Marius

Avant la réforme du général Caius Marius, le recrutement de l'armée tenait compte de la richesse.
Marius fit entrer à l'armée le peuple et supprima complètement la notion de richesse pour le recrutement. Il fit également des modifications concernant l'organisation des unités – la manipule est intégrée dans les cohortes qui en groupaient trois (hastati, principes, triari), suppression des vélites(2)

  • Sous l'Empire

L'armée avait, à peu de choses près, gardé l'organisation de Marius et vit l'apparition de troupes auxiliaires(3) Reconstitution moderne d'auxiliaires romains du IIe siècle
Reconstitution moderne d'auxiliaires romains du IIe siècle
. Chaque légion(4) portait un numéro, un nom, un étendard et un surnom. La légion est commandée par un légat (général d'armée), 6 officiers supérieurs (tribuns) et une cinquantaine de centurions commandant les centuries. Tandis que les corps d'infanterie auxiliaire, sont organisés en cohortes de 500 ou 1 000 hommes, elles-mêmes divisées en centuries(5). Il existait également des milices (cohortes urbaines par exemple) ainsi que la très connue garde prétorienne, corps d'élite chargé de la protection des dignitaires romains.

Ensuite, de part ses nombreuses batailles, l'armée romaine s'est forgée une expérience très importante qui a permis de concevoir de nombreuses tactiques.

  1. La phalange, très connue grâce aux films, est la formation qui jadis, était utilisée par les Sumériens puis par les Grecs. Elle consistait en une colonne lourdement armée conçue pour attaquer l'ennemi lors du choc frontal entre les deux armées. Chaque soldat de la colonne disposait d'une lance et d'un bouclier en protection, qu'ils n'hésitaient pas à utiliser comme arme offensive.
  2. La tortue est aussi très connue, si ce n'est la plus connue de toutes. Pour approcher de l'ennemi avec un minimum de risque, les soldats adoptent cette formation en rangs serrés, se protégeant grâce à leurs boucliers : ceux du premier rang les tiennent devant eux ; ceux des files latérales les tiennent sur le côté, vers l'extérieur ; tous les autres les tiennent au dessus de leur tête en les inclinant légèrement de façon à dévier les projectiles.
  3. La cavalerie était au début composée de riches prétoriens, elle fut réformée par Auguste. L'essentiel de la cavalerie romaine est constituée d'auxiliaire. On l'utilisait pour briser l'adversaire par les flancs ou par derrière afin de créer une seconde brèche dans les rangs ennemis et donner un avantage à l'infanterie. Un bon exemple de l'emploi de la cavalerie est la bataille du début du film Gladiateur.
    Au début de l'Empire, la cavalerie fut organisée en unités (aile ou alæ en latin, de part son positionnement aux ailes des légions). D'un effectif initial de 500 hommes (puis de 1 000 hommes à la fin du Ie siècle), chaque alæ étaient divisées en turmæ(6) de 30 à 40 hommes commandée par un décurion(7). La cavalerie comprend quatre corps différents : la cohorte mixte (un quart de cavaliers pour trois quarts de fantassins, combattants mêlés), la cavalerie légionnaire (120 à 300 citoyens par légion), la cavalerie des ailes (composée d'engagés volontaires) et le corps indigène, seule unité de cavalerie qui ne soit pas permanente (qui complète, si besoin est, les corps précédents).

  4. Les marches, lorsque l'armée doit se déplacer, elle utilise différentes cadences de marche en fonction de la situation. Par exemple, lorsqu'elle se trouvait en territoire ennemi, la première action effectuée est l'envoi en éclaireurs de petites unités de reconnaissance. Les armées romaines se déplaçaient très rapidement donnant un énorme avantage opérationnel : elle permet de réunir deux fois plus de troupes que l'ennemi en un endroit déterminé, avant même qu'il puisse comprendre ce qui lui arrive…
    En effet, la cadence de marche des légionnaires romains était exceptionnelle et les soldats s'entraînaient beaucoup pour cela. Normalement, elle était de 5 kilomètres en une heure, maintenue pendant 5 à 7 heures. Il existe aussi une cadence accélérée à 7,2 kilomètres en 50 minutes, maintenue parfois pendant plusieurs heures.

Enfin, pour nourrir votre soif incessante de connaissances. Voici la répartition des différentes légions dans l'Empire en 80.
Comme vous pouvez le constater, elles sont presque toutes aux frontières afin de répondre rapidement à toutes les menaces possibles :

Déploiement des 27 légions en 80.

Pour conclure cette mini-série, nous verrons prochainement la marine romaine.


  1. (1) La manipule romaine est une subdivision de la légion romaine avec un effectif entre 120 et 200 hommes à l'époque de la République romaine. Les manipules furent mises en place en 390 av. J.-C., suite à la défaite des phalanges romaines face aux Gaulois.
  2. (2) Unité de fantassins légers composée de plébéiens.
  3. (3) Unités de l'armée romaine composées de soldats qui n'étaient pas des citoyens romains. Ces unités intervenaient en soutien aux légions.
  4. (4) Chaque légion est composée de 10 cohortes, la première était reconnue comme étant la plus prestigieuse, bien que certaines légions comme la neuvième Légion Hispana et la quatrième Flavia Felix étaient également très appréciées, parfois plus que la première… Cela représente un effectif d'environ 6 000 hommes par légion.
  5. (5) Unités composées d'une centaine d'hommes.
  6. (6) Composante de la cavalerie romaine dans la Rome antique comprenant trente cavaliers, trois officiers parmi eux, le décurion.
  7. (7) Officier commandant la cavalerie.

Cet article vous a plu ? Courez lire la suite !