À tous ceux qui broient du noir, cet article devrait vous redonner du moral, vous rendant… lumineux. En effet, qui n'a jamais admiré la majesté des astres du firmament, la tête renversée pour voir le plus grand nombre possible d'étoiles, regroupées en constellations immortelles à l'échelle humaine, brillant de mille feux et scintillantes de beauté ?
Eh bien bonne nouvelle : vous êtes issus de l'une de ces étoiles, et pas des moindres : la majorité de nos plus intimes composants – les atomes – ont été créés par des étoiles, et pour les atomes les plus lourds – fer, potassium… –, l'histoire est encore plus fantastique car ils sont issus d'une « Étoile-Mère » qui fait partie des plus lourdes, des plus brillantes du ciel ! Enfin, faisait partie des plus brillantes, car cette étoile, dans une fantastique explosion visible depuis une grande partie de l'Univers, a entamé son chant du cygne en même temps qu'elle créait ces atomes. Plutôt beau, non ?

Mais au fait, comment pouvons-nous être sûrs que nous sommes bel et bien issus d'une étoile ? Pour répondre à cette question, il nous faut revenir en arrière de quelques milliards d'années (13,7 pour être précis) : nous voilà au Big Bang, date de la création de notre Univers. C'est à ce moment que les premières particules se forment, et s'assemblent pour former en immenses quantités trois atomes, les plus simples : l'hydrogène (noté 1H) ; l'hélium (2He) ; et un peu de lithium (3Li).
Problème : vous possédez dans votre corps bien d'autres atomes que ceux-là, non ? Alors, d'où peuvent-ils bien venir ?

Nous y voilà : ils proviennent des étoiles. Dans le cœur de celles-ci, la chaleur est telle que les atomes commencent à fusionner entre eux ! Par exemple, notre Soleil crée continuellement une quantité faramineuse d'hélium à partir de l'hydrogène, et, à la fin de sa vie, produira également du lithium (et un tout petit peu de carbone) à partir de l'hélium(1). Une fois arrivé à ce stade, c'est la fin de la route pour le Soleil. Mais les étoiles les plus massives – plus de 10 fois la masse du Soleil(2) – continuent leur périple, avec la formation de nouveaux éléments (pas forcément dans cet ordre) : béryllium (4Be), bore (5B), carbone (6C), azote (7N), oxygène (8O), fluor (9F)… et ainsi de suite jusqu'au fer (26Fe). Sur cet élément chimique, notre étoile rencontre un problème de taille : le fer, élément le plus stable de la création, refuse de fusionner, car cette fusion entraînerait une perte d'énergie : fatal error.
Se passent alors dans l'étoile des réactions diverses et variées, l'essentiel étant que les couches externes de l'étoile sont éjectées dans l'espace, en même temps que le cœur se contracte encore un peu sur lui-même, atteignant une température qui permet alors au fer de fusionner : tous les éléments de la table périodique des éléments sont ainsi créés, du moins jusqu'à l'uranium (92U, il semblerait que ce soit le dernier élément ayant des isotopes stables – si les éléments plus lourds ont été produits, ils sont depuis longtemps désintégrés). L'étoile entre alors dans le stade supernova, et peut se révéler plus brillante qu'un, voire plusieurs centres de galaxies, pourtant constitués de plusieurs millions d'étoiles !

Au fur et à mesure, ces atomes créés par l'étoile mourante vont se disperser dans l'espace, et notamment dans une certaine nébuleuse qui forma il y a de ça 4,5 milliards d'années un certain Soleil et quelques huit planètes, qui n'auraient pas pu voir le jour sans l'explosion préalable d'une supernova…

Et pour finir, une phrase qui vous permettra de mieux retenir nos origines :

Nous sommes tous des poussières d'étoiles.

— Hubert Reeves

  1. (1) Malheureusement, nous ne serons plus là pour admirer ce spectacle, car entre temps le diamètre du Soleil aura tellement augmenté que Mercure ne sera plus qu'un vague souvenir, vaporisée bien avant son « entrée » dans le Soleil – car oui, le Soleil englobera alors l'orbite de Mercure. Que dire dans ce cas de la température sur Terre ?
  2. (2) Puisque le Soleil « pèse » environ 2 × 1030 kg (deux mille milliards de milliards de milliards de kilogrammes), ces étoiles ont donc une masse minimale de 2*1031 kg. On estime que les étoiles actuelles peuvent « peser » jusqu'à 100 fois la masse du Soleil !