Les blogs(1) sont monnaie courante sur Internet – songez, plus de 2 milliards de réponses pour « blog » via Google.
On peut alors se demander : « Mais d'où vient ce nom de  “blog”  ? » Il s'agit en fait d'une contraction des deux mots anglais, web et log. Le mot web désigne bien évidemment la Toile, ou autrement dit Internet ; quant au mot log, il faut revenir bien plus en arrière.

Comment savoir d'où vient le mot log ? Rien de plus simple : attrapez la calculatrice scientifique la plus proche de vous et demandez-lui de vous faire un logarithme à base 10. Voilà notre Log. Reste à déterminer comment ce petit mot a bien pu passer d'une fonction mathématique à un journal sur Internet… Il faut savoir qu'avant 1970, il était plutôt rare de posséder la machine que vous avez dans les mains. Tous les calculs s'effectuaient alors sur papier. Or, s'il est plutôt facile d'additionner deux chiffres (ou de les soustraire), en faire le produit ou même le quotient était une autre paire de manches. On faisait alors appel à des « tables de log », et en utilisant le fait que Log(X.Y)=Log(X)+Log(Y), on passait d'un produit à une simple addition (ou d'un quotient à une soustraction).

Bon, mais dans nos blogs, il n'est nullement question d'une quelconque manipulation logarithmique – et puis de nos jours, on possède les calculatrices pour ça. Pour connaître le lien entre nos mathématiques et le blog, il faut regarder du côté de la marine de l'époque(2). Pour les marins d'alors, mesurer la vitesse de leur navire, sa position, etc. ne se faisait pas comme de nos jours… Aucun instrument perfectionné ne le permettait à l'époque, rien que des observations à l'œil nu, suivies de calculs… Lesquels calculs n'étaient permis qu'avec la méthode des logarithmes ! En hommage à cette méthode, le carnet de bord des navires, sur lequel on inscrivait les résultats desdits calculs, était nommé log-book, ou log de manière abrégée.

Voilà comment notre log est passé d'une fonction mathématique à un journal… Le mot « log » a ensuite été utilisé pour désigner les journaux de bord des aviateurs, puis, de fil en aiguille, il a désigné les journaux sur la Toile : les « web-logs », aussi nommés « weblogs », ou bien en contractant, « blogs ».
Et après, on dit qu'Internet est simple…


  1. (1) Vous savez, ces petits « journaux personnels » ouverts à la vue de tous… Bien que d'autres les emploient pour des applications différentes.
  2. (2) Entre les maths et les bateaux, on pourrait croire que l'on s'éloigne du sujet… Mais rassurez-vous, il n'en est rien !