Selon un sondage TNS-SOFRES de Février 2009, 41 % des sondés se disaient superstitieux. En effet, bien que nous soyons dans un monde moderne où la science ne cesse de découvrir le fonctionnement du monde, une partie non négligeable des Français trouve normale la présence chez eux d'une patte de lapin, d'un fer à cheval, ou d'un trèfle à quatre feuilles.
Cependant, savez-vous comment ces objets, parfois étranges, ont réussi à gagner leurs galons de porte-bonheurs ?

Commençons par la patte de lapin.
Celle-ci se trouve parmi les attributs du parfait chanceux car, comme tout le monde le sait, les lapins peuvent se reproduire très rapidement. Alors si on peut posséder un morceau de lapin, peut-être peut-on obtenir un bout de sa fertilité /abondance. De plus dans des temps reculés où l'obscurantisme était omniprésent, avoir une patte de lapin sur soi faisait fuir sorciers, sorcières, mages noirs, et mauvais esprits. Bref, ça portait chance. La patte de lapin, ça porte bonheur, mais pas au lapin. Louis Aragon.

Passons maintenant au fer à cheval. Plus difficile d'expliquer la raison pour laquelle le fer à cheval est devenu un porte-bonheur car trois possibilités s'affrontent, chacune n'excluant pas l'autre forcément.

  • Le fer est naturellement porte-bonheur.
  • Saint Dunstan aurait cloué un fer à cheval sur les sabots du diable. Sous la douleur, l'infâme aurait juré de ne pas rentrer dans une maison où se trouverait un fer un cheval.
  • Enfin, plus historique, Néron, alors empereur de l'empire Romain, faisait forger les fers de ses chevaux avec de l'or. Or, à l'époque, les techniques de ferrages n'étaient pas au point, un paysan qui passait derrière les chevaux de l'empereur pouvait, si la fortune lui souriait, trouver un fer en or.

Concernant le trèfle à quatre feuilles, c'est plus une explication probabiliste qui s'impose. En effet, la « prévalence » des trèfles à quatre feuilles est de \frac{1}{10000}. En trouver un signifie donc réellement qu'une bonne étoile veille sur vous…
Ou pas.